Search & Find
DiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporama
Home
ICube Laboratory   >   News : Thèse : Courbes à courbure totale localement bornée et leurs applications en géométrie discrète

Thèse : Courbes à courbure totale localement bornée et leurs applications en géométrie discrète

Nov 30 2021

Soutenance de thèse : Etienne Le Quentrec

Titre : Courbes à courbure totale localement bornée et leurs applications en géométrie discrète

Équipe : IMAGeS

Résumé :

Lorsqu'un objet est pris en photo, l'image obtenue est pixelisée. La position d'un point sur une telle image est décrite par des coordonnées entières contrairement à celle d'un point de l'objet initial décrite par des coordonnées réelles. Ce passage de la géométrie euclidienne usuelle décrivant l'objet initial à la géométrie discrète décrivant l'image obtenue, appelé discrétisation, cause une importante perte d'informations. Si la résolution de l'image discrète est trop faible par rapport au niveau de détails de l'objet initial, l'information topologique et les quantités géométriques peuvent être perdues. Il est alors nécessaire d'imposer certaines hypothèses à cet objet réel pour permettre de reconstituer ces informations.

En modélisant le processus de discrétisation, il est possible de garantir la reconstruction de la topologie et des quantités géométriques d'objets vérifiant certaines hypothèses. Cependant, actuellement en géométrie discrète, les hypothèses sur les objets réels garantissant la reconstruction de l'ensemble de ces informations sont assez restrictives et ne permettent pas d'inclure simultanément les formes dont le bord est une courbe régulière et celles dont le bord est un polygone.

Afin de traiter simultanément ces deux familles de formes, nous proposons une nouvelle hypothèse reposant sur la notion de courbure totale introduite par Milnor en 1950. Elle consiste à limiter localement cette courbure totale sur le bord de l'objet réel.  Cette hypothèse, incluant des formes à bord régulier ou polygonal, garantit la reconstruction de la topologie et permet de majorer les erreurs des estimateurs discrets de quantités géométriques.


Les membres du Jury sont :

  • M.KENMOCHI Yukiko : Rapporteuse (Chargée de Recherches à l'Université de Caen Normandie) 
  • M. LACHAUD Jaques-Olivier : Rapporteur (Professeur des Universités, Université Savoie Mont Blanc)
  • M.THIEL Edouard : (Professeur des Universités, Université d'Aix Marseille)  
  • M.ANDRES Eric : (Professeur des Universités, Université de Poitiers)   
  • M.ROMON Pascal : (Maître de Conférences, Université Paris-Est Marne-La-Vallée)
  • M.TAJINE Mohamed : Directeur de thèse (Professeur des universités, Université de Strasbourg)
  • BAUDRIER Etienne : Encadrant (Maître de Conférences, Université de Strasbourg)
  • MAZO Loic : Encadrant (Maître de Conférences, Université de Strasbourg)                                             

La soutenance aura lieu en français le mercredi 30 Novembre à 14h dans l'amphithéâtre A301 au pôle API.

À la une

Le 3 décembre 2021, les équipes scientifiques d'ICube et médicales de l’IHU viennent de franchir...

RSS Feeds

Flux RSS