Search & Find
DiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporamaDiaporama
Accueil
ICube   >   Agenda : Thèse : Étude de l’impact des conditions géologiques et climatiques sur l’efficacité énergétique des systèmes géothermiques de surface

Thèse : Étude de l’impact des conditions géologiques et climatiques sur l’efficacité énergétique des systèmes géothermiques de surface

Le 29 septembre 2017
À 10h00
INSA de Strasbourg - amphi Arp

Soutenance de thèse : Mathias CUNY

Équipe : GC-E

Titre : Étude de l’impact des conditions géologiques et climatiques sur l’efficacité énergétique des systèmes géothermiques de surface

Résumé : Les systèmes géothermiques de surface extraient l’énergie du sol via un fluide circulant dans un échangeur pour une profondeur ne dépassant pas 200 m. Deux typologies d’échangeurs sont généralement utilisées : les systèmes avec échangeurs verticaux, principalement affectés par les conditions géologiques ; et les échangeurs horizontaux, plus proche de la surface du sol, impactés essentiellement par les conditions climatiques. Les échanges thermiques dans le sol sont majoritairement des transferts de chaleur par conduction. Ainsi, les propriétés thermo-physiques du sol influencent la quantité d’énergie extraite par les échangeurs. Afin de quantifier les propriétés thermo-physiques d’un sol sous l’influence des conditions géologiques et climatiques, deux dispositifs expérimentaux sont élaborés, conçus, instrumentés et validés. Les résultats expérimentaux apportent de meilleures connaissances scientifiques sur le comportement hydrique d’un sol soumis à des événements pluvieux et l’influence de la compacité sur les propriétés thermiques d’un sol. De plus, une étude numérique, à partir d’une modélisation 2D par éléments finis d’un échangeur air-sol, évalue ses performances énergétiques selon différentes conditions d’humidité de sol et selon différents scénarios de pluie révélant ainsi l’utilité de l’eau pour améliorer significativement ses performances.

Cette thèse a été dirigée par Monica Siroux du laboratoire ICube de Strasbourg.

Elle se déroulera devant un jury composé de SALAGNAC Patrick (rapporteur), Professeur, Laboratoire LaSIE, Université de La Rochelle, EL GANAOUI Mohammed (rapporteur), Professeur, Laboratoire LERMAB, Université de Lorraine, SIROUX Monica (directrice de thèse), Professeur, Laboratoire ICube, INSA de Strasbourg, FOND Christophe (co-directeur de thèse), Professeur, Laboratoire ICube, Université de Strasbourg, FEIDT Michel (examinateur), Professeur, Laboratoire LEMTA, Université de Lorraine et LIN Jian (encadrant), Maître de conférences, Laboratoire ICube, Université de Strasbourg.

La soutenance aura lieu le vendredi 29 septembre 2017 à 10h00 dans l'amphithéâtre ARP à l'INSA de Strasbourg.

À la une

Les sujets de stages proposés par les équipes et les plateformes du laboratoire ICube sont...

Flux RSS

nov. 23 2017

Les ingénieurs SNCF utilisent depuis de nombreuses années des modèles mathématiques pour simuler le...

Flux RSS

Le 7 décembre 2017
À 14h00
Illkirch - Pôle API - A302